Frédéric Bonnin : des relations humaines aux relations sociales

des relations humaines aux relations sociales frédéric Bonnin

Entreprendre : Bonjour Frédéric BONNIN, vous êtes Manager de Transition RH. Pourquoi avoir choisi ce métier dans cet univers professionnel ?

Frédéric BONNIN :  Plus qu’un métier, c’est une vocation.

J’ai toujours voulu exercer dans le domaine des ressources humaines. Au-delà d’un choix intuitif, c’est la passion de cet univers liée à la transformation humaine des organisations qui anime ma carrière. J’ai ainsi contribué comme DRH pendant 30 ans dans différentes entreprises, pour en 2018 privilégier le Management de Transition.

 

Entreprendre : Ne pensez-vous pas que ce métier relève d’une démarche « Papillon » au lieu d’ancrer votre vie dans une fondation de longue durée ?

Frédéric BONNIN :  Ce risque existe mais personnellement, je vis mon métier comme celui de réussir des missions qui ont pour résultat de se traduire par une stratégie qui perdure dans le temps. Ainsi, je bénéficie de la diversité de mes actions tout en me félicitant de leur pérennité.

 

Entreprendre : Pourquoi avoir choisi X-PM ?

Frédéric BONNIN :  C’est évident. La relation entre le Partner et le Manager de Transition chez X-PM constitue une des plus-values phare de cette société. Personnellement, mes relations avec Olivier DUFFOUR, Partner RH participent à la fois à mon épanouissement et à mon plaisir professionnels.

 

Entreprendre : Pouvez-vous nous faire part de quelques missions que vous avez menées avec succès comme Manager de Transition RH ?

Frédéric BONNIN :  Je pourrai vous en citer plusieurs, mais j’en retiens à l’heure actuelle deux plus particulièrement.

 

Entreprendre : Quelles sont-elles ?

Frédéric BONNIN :  Par exemple, dans un groupe alimentaire, il était urgent de préparer les élections des Responsables du Personnel au sein de la nouvelle loi : remplacer les Comités d’Entreprises et les Délégués du Personnel par un Comité Social et Économique. Je fus chargé comme Manager de Transition de définir les modalités de ces élections, de les adapter à l’entreprise et de négocier les accords avec les organisations syndicales. Cette mission fut menée à son terme dans le cadre d’un dialogue social renouvelé. Mieux même, ce Groupe, a décidé, avec ma participation, de la création du poste de Responsable des Relations Sociales.

 

Entreprendre : Un autre exemple ?

Frédéric BONNIN : Un cas significatif : le secteur de la restauration. Ce domaine d’activité subit une double contrainte : recruter des collaborateurs de valeur et ensuite les garder dans l’entreprise. Dans le cas qui me concerne, j’ai été mobilisé pour diminuer le nombre de postes d’encadrement vacants dans une entreprise de restauration (plus de 60%).

Mon objectif : favoriser la mobilité interne donnant ainsi des perspectives d’avancement aux collaborateurs. J’ai motivé dans ce sens l’encadrement et reconstruit avec lui une démarche systématique d’évolution du personnel. J’ai le sentiment d’avoir su créer un esprit d’équipe et de solidarité.

 

Entreprendre : Quelles conclusions tirez-vous de vos différentes missions ?

Frédéric BONNIN :  Deux maîtres mot : la confiance et le dialogue social.

Aujourd’hui les relations humaines dans l’entreprise doivent relever d’un dialogue social fondé sur la confiance réciproque à tous les niveaux de l’entreprise.

 

Entreprendre : Fort de votre expertise, comment envisagez-vous votre avenir professionnel dans les 5 ans à venir ?

Frédéric BONNIN :  Tout simplement poursuivre ma vision actuelle du Management de Transition, c’est-à-dire obtenir des résultats à court terme tout en participant à la stratégie sociale de l’entreprise, quelle que soit la durée de mes missions.