Manager en Transition ou Manager de Transition : une particule qui change tout !

Le mot « transition » répond à la définition suivante : « passage d’un état à un autre ». Suivent ensuite les modalités de ce passage, toujours caractérisées par leurs gradualités plus ou moins rapides.

Transition : de la confusion à l’engagement

Les « maux » induits par la précarité que ce mot « transition » sous-tend, provoquent souvent incompréhension et malentendu. Beaucoup s’ingénient à mélanger allégrement les définitions passant de Manager en Transition à Manager de Transition, accordant certes à cette dernière appellation une plus grande considération.

Et pour cause ! Le Manager en Transition accroît la confusion dans les esprits par son coté nomade, voire insaisissable : il passe d’un département à un autre ou simplement il est perçu par son entourage comme un météorite sans destination.

Alors que le Manager de Transition s’implique dans l’entreprise pour renforcer son management. Et mieux, son intégration s’accompagne d’un engagement de résultat.

Etre Manager de Transition ne s’improvise pas. Le filtre du marché de l’emploi est là pour le rappeler.

De la jointure à la rupture

Le Manager de Transition par sa personnalité et son regard extérieur intervient dans un process de rupture, en apportant à l’entreprise son sens de l’innovation, sa créativité et sa force de propositions. Le Manager de Transition se transforme en Manager de Rupture ou Manager des Transformations, un changement radical qui conditionne le succès de l’entreprise.

De la certitude à l’incertitude

« Ce que l’on attend des Managers aujourd’hui, c’est d’être capables non pas de prévoir mais d’anticiper ».

Patrick Laredo, Président d’X-PM résume ce paradoxe : le véritable Manager de Transition ne gère pas le quotidien routinier, il gère l’incertitude environnante. Risques et opportunités s’entrecroisent dans ses prises de décision. Son sens du management intègre la volatilité des événements, les contradictions internes et les objectifs de l’entreprise. Le Manager de Transition associe l’incertitude à son process décisionnel.

La contre-culture ou l’obligation de résultat

Beaucoup d’entreprises  se noient dans des réunionites pour constituer l’alpha et l’oméga d’une vision à long terme qu’elles ne tiendront pas. Tous s’y engagent espérant souvent que le temps ne les oblige pas à s’y conformer. Le Manager de Transition lui, tout au contraire, ne doit avoir qu’une obsession en tête : atteindre les résultats.

Une telle personnalité relève d’une combinaison rare entre volontarisme à court terme et anticipation à long terme.


Nos derniers articles