Jean Marc Satta : L’intégration de start-ups dans les Grands Groupes de Santé

Jean Marc Satta Intégration start-up grand groupeEntreprendre : Bonjour Jean-Marc Satta.
Pouvez-vous définir le cadre de vos activités comme Directeur Associé X-PM lors du rapprochement d’une start-up et d’un Grand Groupe dans l’univers de la Santé ?

Jean-Marc SATTA : Mon rôle consiste à intervenir tout au long de la mission d’un Manager de Transition afin de m’assurer qu’elle se déroule conformément au plan préalablement établi, aux bonnes méthodologies et pratiques. Selon les cas, je recherche également d’autres ressources ponctuelles pour atteindre les objectifs définis en partenariat avec le client, le manager et X-PM.

 

Entreprendre : Selon vous, quels sont les points les plus discriminants pour un Manager de Transition dans la relation start-up / Groupe de santé ?

Jean-Marc SATTA : Les cycles de décision ne sont pas les mêmes dans une start-up que dans un Grand Groupe. C’est pourquoi, chez X-PM, nous avons défini sept axes essentiels :

  • Émettre un diagnostic
  • Aider à trouver les bons leviers de communication – c’est-à-dire parler le même langage
  • Définir les différentes « marches d’escalier » qui constituent autant d’étapes à la bonne intégration. Chaque marche est validée par un engagement de résultat
  • Élaborer un mode de fonctionnement basé sur des process, des outils informatiques ou des bonnes pratiques venant du Groupe ou de la startup
  • Trouver les bonnes ressources et relais en interne
  • Bien intégrer et associer les compétences du Groupe et celles de la start-up
  • Apporter un savoir-faire technique pendant une phase de transition (Gestion, finance, management, juridique, informatique, R&D,…)

 

Entreprendre : L’agilité n’est-elle pas la plus-value identifiant le mieux la start-up ?

Jean-Marc SATTA : Absolument. Le plus important pour la start-up est de maintenir cette agilité au sein du Groupe de Santé. Il est donc essentiel de trouver un système d’organisation et de gestion qui lui permette de conserver cet état d’esprit et ce dynamisme.

 

Entreprendre : Fondamentalement, que recherche un Grand Groupe en intégrant une start-up ?

Jean-Marc SATTA : L’innovation ! En effet, son agilité, la passion de son métier, la disponibilité de ses équipes favorisent l’effervescence créative de la start-up, et bien sûr un service ou un produit valorisable.

 

Entreprendre : Du point de vue de la start-up, son objectif n’est-il pas, in fine, de se vendre à un Grand Groupe ?

Jean-Marc SATTA : Pas au départ. À dire vrai, je pense que le créateur d’une start-up a d’abord pour ambition de trouver un nouveau produit ou un nouveau service répondant aux besoins du marché. C’est lors du passage à l’étape de structuration qu’il s’interroge sur la meilleure organisation à moyen terme. D’où son appel à un Grand Groupe pour vivre sa vision et amplifier ses chances de réussite.

 

Entreprendre : Quels sont les pièges à éviter tant pour la start-up que pour le Grand Groupe ?

Jean-Marc SATTA : Avant tout, l’incompréhension. Première obligation : parler le même langage. De ce fait, le Manager de Transition engage souvent les deux parties à mettre en œuvre une démarche de pré-intégration afin que chacun s’adapte progressivement aux nouvelles conditions de collaboration. Ils doivent trouver un système de relations préservant l’esprit start-up et l’organisation Grand Groupe.

 

Entreprendre : Vous avez sûrement une success-story à nous partager, illustrant justement l’intégration réussie d’une start-up au sein d’un Grand Groupe ?

Jean-Marc SATTA : Oserais-je alors vous faire part de ma propre expérience. J’ai été PDG d’Aragon-ERH, une start-up qui a développé avec succès un logiciel de gestion auprès des RH dans l’univers de la Santé. Notre croissance : + 50% prouvait la légitimité de notre offre. Cependant, j’ai voulu assurer l’essor de notre entreprise et ses perspectives d’expansion, tout en recherchant pour mes collaborateurs et moi-même davantage de sérénité. Nous avons donc trouvé un Grand Groupe avec lequel nous avons conclu une belle alliance.

 

Entreprendre : Un mot de conclusion ?

Jean-Marc SATTA : Lorsqu’il s’agit de l’intégration d’une start-up au sein d’un Grand Groupe, l’important n’est pas seulement de réussir le mariage, mais également de vivre une communauté de destins.