GAIA-X (Europe) vs GAFA (US), combat de David contre Goliath ?

Hubert Tardieu, Président du Conseil d’Administration de GAIA-X est venu partager avec les membres du Club Télécom Digital & IT X-PM, organisé par Michel Dubosqueille, Philippe Deljurie, Jean-Christophe Lasvergnas et Bernard Etchenagucia, Partners d’X-PM, ses réflexions sur le thème :

« GAIA-X (Europe) vs GAFA (US), combat de David contre Goliath ? »

 

GAIA-X

 

Des réflexions sur la transformation digitale au projet GAIA-X

L’initiative GAIA-X découle naturellement des réflexions contenues dans le livre Deliberately Digital, co-écrit par Hubert Tardieu, qui analyse en profondeur la manière d’organiser la transformation digitale des entreprises et le partage des données par la mise en place d’écosystèmes et de plates-formes.

GAIA-X vise à organiser un Cloud qui garantit l’interopérabilité et la souveraineté des données, ainsi qu’à créer des espaces de données dans les domaines de la Santé, de l’Industrie, de l’Energie, de la Mobilité, de l’Agriculture, de la Finance et de l’Education.

 

Le projet GAIA-X

Origine  : au départ, il s’agit d’une initiative de Peter Altmaier, Ministre de l’économie allemande, qui constate que les données de l’industrie automobile allemande sont majoritairement stockées dans des Clouds américains. Il fait part à Bruno Lemaire du risque que cela représente.GAIA-X est née et se met en place avec 22 membres au départ de fournisseurs et d’utilisateurs de Cloud.

Enjeu : faire en sorte que l’Europe prenne le leadership du Cloud dans le B2B et parvienne à organiser des écosystèmes entre les différents partenaires d’une même chaîne de valeur è mise à disposition des données de l’écosystème dans le Cloud sur des plates-formes, puis partage et enrichissement de ces données.

Les GAFAs ont remporté la bataille des données de consommation B2C, il s’agit, avec GAIA-X de réussir celle du B2B.

Moyens  : organisée en Association à but non lucratif de droit belge, totalement indépendante, elle est désormais composée de 260 membres (fournisseurs, utilisateurs, start-ups) assujettis à des cotisations annuelles qui représentent un budget annuel de l’ordre de 4 M€.

Missions : 

– Assister les Gouvernements pour dépenser les budgets alloués au Digital dans le cadre du Grand Emprunt de 150 milliards d’Euros, en assurant la cohérence des projets avec la stratégie Data définie par la Commission Européenne,

– Favoriser la constitution des consortiums dans les domaines identifiés (CATENA-X pour l’automobile, AG-DATA-HUB pour l’agriculture, …)

Gouvernance  :

– Le 7 juin prochain, les 260 membres de GAIA-X éliront le Conseil d’Administration (24 sièges), sachant qu’il y a 64 candidats provenant de 12 pays différents.

– Les hyperscalers ont été invités à rejoindre GAIA-X, moyennant l’acceptation des règles de l’Association, dont celle de ne pas pouvoir siéger au Conseil d’Administration.

 

Marché du Cloud et de la Data

– Estimation de la part des données dans le Cloud : 26% en Europe vs 50% aux Etats-Unis

– Projection d’un doublement de cette part en Europe pour atteindre 50% en 2025 = doublement du marché

– Principaux acteurs aujourd’hui : #1 AWS – #2 Microsoft – #3 Google avec 70% du marché

– Principaux acteurs européens : OVH #3 en France et T-System en Allemagne

Les Dataspaces

Ils sont au nombre de 9 : Energie / Mobilité / Finances / Santé / Agriculture / Automobile / Aéronautique / Espace / Education.

Ils ont tous déposé leur « Position paper » et leur stratégie à 4 ans.

Les plus avancés sont ceux de la Banque, de l’Agriculture, de l’Automobile et de la Santé.

Quelques cas d’applications

1. Banque : partage des données pour lutter contre le blanchiment

2. Aéronautique : alliance Skywise entre constructeurs et compagnies aériennes pour diminuer les coûts de maintenance.

3. Agriculture : partage des données entre les fermiers et les fournisseurs de semences pour déterminer les produits les plus adaptés au sol.

4. Santé : partage des données pour lutter contre la Covid/ échange de données d’imagerie pour lutter contre le cancer.

5. Automobile : partage des données entre constructeurs et fournisseurs de pièces détachées pour être plus efficace dans la recherche des pannes.

 

Des questions clés

Protection des données : insuffisante chez les Hyperscalers. GAIA-X prévoit l’introduction d’un label SCHREMS2

Même démarche pour s’assurer que les Data ne transitent pas dans des géographies non souhaitées, il est question d’introduire un label de localisation.

 

Les prochaines étapes

1. Mise en place du nouveau board le 7 juin pour fonctionner avec 260 membres

2. Publier les Policy Rules et les architectures de référence

3. Implémenter des plates-formes de référence (Agriculture, Mobilité, Automobile) d’ici la fin de l’année, en Open Source avec la génération de Services.

 

Conclusion

De nombreuses conditions sont réunies pour réussir ce projet, en particulier la parfaite conjonction de la disponibilité des idées et des financements importants qui vont être mis à la disposition de l’Europe pour le digital dans le cadre du plan de relance.

Cela constitue une opportunité pour les entreprises européennes d’être plus efficaces en utilisant le Cloud et en partageant des données au sein des écosystèmes qui seront élaborés, mais aussi cela peut et doit permettre l’émergence de nouveaux acteurs et de nouvelles solutions capables de rivaliser avec des sociétés essentiellement ou exclusivement américaines (Palantir par exemple)


Nos derniers articles