Banque

DSP2 : La prochaine crise systémique viendra-t-elle des moyens de paiement ?

 

 Marie-Agnès Nicolet, Présidente de Regulation Partners est intervenue au Club X-PM Dirigeants Banque sur la mise en place de la directive DSP2 ; au delà des aspects techniques et des opportunités qu’elle créée, Marie-Agnès a souhaité alerter sur ses impacts potentiels en matière de risque bancaire systémique.
 
 
Le marché des comptes de paiement est dynamisé par l’entrée en vigueur de la directive DSP2 revisitée qui a ouvert la voix à « l’open banking » et qui régit notamment le rôle des prestataires de services de paiement tiers (PSP tiers).

Marie-Agnès Nicolet a détaillé tout ce que la réglementation a défini comme nouvelles exigences pour assurer une communication sécurisée et standardisée entre les banques et les sociétés de technologie financière («Fintech»).

Les consommateurs et les entreprises seront ainsi en mesure d’autoriser l’accès à leurs données de paiement à des tiers fournissant des services de paiement (PSP tiers). Les banques doivent mettre en place un canal de communication qui permettra aux PSP tiers d’accéder aux données dont ils ont besoin.

Entrée en vigueur le 13 janvier 2018, la réglementation donne 18 mois aux Banques et Fintech pour se conformer aux nouvelles normes techniques, soit jusqu’en septembre 2019.
 
 
Les Fintech pourront jusqu’à cette date continuer à pratiquer le « screen scraping » (action qui consiste à accéder aux données via l’interface client avec utilisation des données de sécurité du client) ; par la suite la Commission imposera des interfaces standardisées, ouvertes et sécurisées (API) comme solutions d’accès aux comptes de paiements par les agrégateurs et les initiateurs de paiements au sein de l’Union Européenne.

Marie-Agnès Nicolet a bien insisté sur le fait que le champ d’application de la DSP2 se limite aujourd’hui aux comptes de paiement. Il n’y a à ce stade pas eu d’extension du cadre aux autres types de comptes, comme l’épargne, l’assurance vie ou les titres. Ces comptes continueront donc de faire l’objet de screen scraping en toute légalité.

Ce sont là les quelques points que Marie-Agnès a bien voulu partager avec les membres du Club qui ont pu enrichir leur expérience de Manager-Dirigeants.

VOS PROJETS N’ATTENDENT PAS. VOYONS-NOUS.

Contact