LE
BLOG

X-PM

Comment faire de l’intelligence artificielle l’alliée de votre entreprise ?

L’arrivée de l’intelligence artificielle dans les entreprises génère un certain nombre de craintes chez les managers comme l’ont montré de récentes études. Comment faire de l’IA une alliée ? Pourquoi il ne faut pas la craindre ? Par Philippe Deljurie, Partner spécialiste des questions numériques au sein du cabinet de management de transition X-PM.

 
L’avènement de l’Intelligence Artificielle à l’échelle industrielle suscite de larges débats quant à son impact sur l’emploi. De nombreux salariés et managers voient l’Intelligence Artificielle comme une menace. Pour autant, de récentes études semblent montrer que l’Intelligence Artificielle sera tout autant un levier de performance pour les entreprises. Alors, menace ou opportunité, tout dépend de la manière d’appréhender l’IA et de se familiariser avec ces applications le plus rapidement possible.
 

Entre mythes et réalités : cessons de craindre l’IA !

Le développement de l’IA au travail suscite bon nombre d’interrogations et de fantasmes. Les économistes qui se sont penchés sur la question sont néanmoins unanimes sur un point : loin d’être un phénomène de mode, l’IA est une tendance de fond. Cela signifie que l’IA va continuer de s’immiscer dans l’entreprise. Plus elle sera sophistiquée, plus la place qu’elle y occupera sera importante.
 
 
Aujourd’hui, surtout utile pour l’automatisation de tâches répétitives, elle commence à être utilisée pour détecter et prévenir les fraudes ou les cyberattaques :

  • dans un cas, elle peut venir concurrencer l’humain;
  • dans l’autre, elle permet à l’humain des tâches qu’il n’aurait pas été capable d’accomplir.

Ces deux seuls exemples illustrent les deux impacts de l’IA sur l’emploi. A y regarder de plus près, dans les deux cas de figure, l’IA peut être vue comme une opportunité :

  • son application dans le secteur industriel permet un élargissement du périmètre d’intervention des robots : les coûts de production peuvent alors être, sinon plus intéressants, du moins tout autant que le coût de la main d’oeuvre de pays « à bas coût », au point d’envisager la relocalisation de l’outil de production, avec les gains logistiques que cela procure;
  • son application dans des domaines comme la cybersécurité, ou encore l’industrie 4.0, va engendrer des besoins en compétences nouvelles, et donc la création d’emplois.

Tous les facteurs pour faire de l’IA un phénomène structurel à grande échelle sont là : la donnée, la puissance de calcul et les algorithmes. Dès lors, la question pour les entreprises est de commencer à l’appréhender, à se familiariser avec, à la mettre en oeuvre de manière concrète et pragmatique, d’abord à petite échelle avant de l’implémenter plus largement. Savoir l’utiliser à bon escient devient dès lors un enjeu économique majeur pour les entreprises.
 

IA : une stratégie d’intégration offensive, modérée ou défensive ?

Incontestablement, le leader d’un secteur doit être en pointe sur ce sujet, s’il veut conserver une longueur d’avance sur la concurrence. Car les startups profitent d’une grande agilité pour développer rapidement des projets innovants et, ainsi, grignoter des parts de marché. Selon moi, trois approches de l’intégration de l’IA se distinguent depuis quelques années :

  • Offensive : l’entreprise mise tout sur l’Intelligence Artificielle, elle accorde un budget et une équipe suffisante pour l’intégrer dans tous ses projets. Elle estime qu’ils doivent être dans les premiers à le faire dans leur secteur, car il y a une prime au leader en matière d’intégration de l’Intelligence Artificielle. A l’image des néo-banques et de la cybersécurité, très en pointe sur ce sujet ;
  • Modérée : on y va progressivement, en intégrant de l’IA dans certains projets importants mais pas forcément stratégiques. Cela a valeur de test grandeur nature. On observe les résultats, on reste en veille des évolutions techniques et, en fonction des orientations stratégiques, on peut la déployer à grande échelle dès que le besoin se fait sentir.
  • Défensive : à trop observer on risque de se laisser distancer par les concurrents ayant bien négocié ce virage et de ne pas pouvoir rattraper le retard accumulé.

Le choix de la stratégie à adopter incombe aux dirigeants et managers de l’entreprise. S’ils optent pour une approche modérée ou offensive, le recours à des compétences extérieures s’avère indispensable pour son déploiement. Pour gagner en efficacité, mieux vaut faire confiance à des dirigeants opérationnels ayant déjà une expérience dans la conduite de ce type de projets. La vision business et technique de managers de transition fera rapidement monter en compétence les équipes.
 

Si vous ratez le train de l’IA, gare à la disparition !

Ceux qui n’ont pas encore intégré l’Intelligence Artificielle dans leur développement doivent très vite adopter une approche modérée, au minimum. Sinon, ils se condamnent à disparaître à plus ou moins long terme.

 

Par Philippe Deljurie,
Associé X-PM expert de la « Transformation Digitale »

Retrouvez également cet article sur La Tribune

VOS PROJETS N’ATTENDENT PAS. VOYONS-NOUS.

Contact